Vladimir Boudnikoff est un jeune réalisateur et chef opérateur âgé de 26 ans. Valeur sûre de la scène urbaine francophone il a travaillé avec des artistes tels que Green, Tito Prince et Monsieur Nov. Nous avons choisi d’en faire notre COTM, vous aurez donc l’occasion de le découvrir d’avantage en lisant notre entretien en trois parties. Vladimir est un réal actif et il n’a pas été facile de lui mettre la main dessus, c’est finalement tard, un soir de Janvier, que nous avons pu échanger.

Peux-tu nous parler de ton parcours, comment as-tu été amené à réaliser des clips ?

Je dirais que j’ai eu un parcours assez atypique. Je n’étais pas un fan de l’école donc après la 3ème j’ai fais un BEP puis un Bac pro Cuisine. En parallèle je commençais un peu à toucher à la vidéo en réalisant quelques clips pour des potes. Au bout d’un moment je me suis rendu compte que la cuisine n’était pas faite pour moi et la vidéo me passionnait de plus en plus donc je me suis dis tiens pourquoi je n’essayerai pas de m’inscrire dans une école pour obtenir un BTS audiovisuel. J’ai réalisé cette formation en alternance parce que j’estime qu’on apprend pas grand chose à l’école ou du moins trop de choses théorique. Donc être sur le terrain et au contact de professionnelles m’a permis d’apprendre énormément de choses. J’ai pu participer à la réalisation de 3 court métrages dont deux avec les réalisateurs Xavier Beauvois et Benoit Jacquot. En parallèle de mes études je continuais à réaliser des clips pour des artistes comme Tito Prince et Green.

Apres avoir fini l’école je savais exactement ce que je voulais faire donc je me suis mis à mon compte. Etant également chef opérateur j’ai pu travailler sur des gros clips pour des vedettes comme Tal, Florida et Indila. J’ai aussi été chef opérateur sur le dernier court métrage de Cyprien. J’ai pu également toucher à de l’institutionnel, des spots publicitaires de Canal +.  Aujourd’hui ça va faire 4 ans que j’ai terminé mes études. Il y’a 2 ans j’ai monté le studio Vova avec le chanteur R-one qui est également ingénieur du son. De fil en aiguille et en travaillant beaucoup j’ai pu me faire une place et vivre de ma passion.

Quel est le premier clip que tu as réalisé ?

il réfléchit” Je dirais que mon premier vrai clip a été pour le rappeur américain Jumz qui en fait était le mari d’une amie. Il était de passage sur Paris et cherchait une personne pour clipper un de ses titres. Je l’avais fait gratuitement parce que j’avais envie de me faire la main et que le titre me parlait.

Comment as-tu été amené à travailler avec le label Time Bomb ?

En sortant de l’école j’ai rencontré le fondateur du label qui était champion de boxe. J’avais filmé un de ses combats, il avait apprécié ce que je faisais donc on a décidé de travailler ensemble. Nous avons collaboré pendant à peu près 6 mois durant lesquels j’ai réalisé des clips pour plusieurs rappeurs dont Oxmo Puccino.

Lorsqu’on regarde tes réalisations, on se rend compte que tu travailles souvent avec les mêmes personnes. Est-ce un choix personnel ?

En temps que réalisateur, depuis le début j’essaie de ne pas faire tout et n’importe quoi donc forcément j’ai plus travaillé avec des personnes que je connaissais un minimum, qui me faisaient confiance et qui avaient le même délire que moi. J’ai dû refuser de faire certains clips tout simplement parce que ça ne correspondait pas à mon image.

Étant également chef opérateur, cela me permet de faire un tri en tant que réalisateur. Je ne suis pas là à me dire : “merde il faut absolu que je fasse 5 clips ce mois ci sinon je ne m’en sort pas”. J’ai la possibilité de choisir avec qui je bosse donc quitte à choisir je préfère être dans le qualitatif.

Comment cela se passe pour t-il avoir un clip de toi ? Quelles sont tes conditions ?

Je demande un minimum de budget pour pouvoir travailler. Donc ça fait un tri malheureusement car tous les indépendants ne peuvent pas se permettre un budget clip. Après au niveau musical je suis assez ouvert donc l’artiste peut me contacter et m’envoyer le titre. Si son univers me parle et qu’on peut se mettre d’accord, et bien c’est parti.

Après il faut être réaliste. Des artistes m’ont déjà montré un clip de Wiz Khalifa et proposé de le faire pour 500 euros… forcément ce n’était pas possible “rire”.

Est il nécessaire d’avoir un bon budget pour avoir un Bon clip ?

Je dirais que non. Tout dépend du rendu que l’artiste recherche.  Il y a des types de clips où tu es obligé d’avoir un certain budget. Par exemple le clip de Josman & Ol kainry “ Censé Faire” n’a rien coûté. On l’a tourné au studio Vova et sur un parking qui n’était pas trop loin.

Mais si tu veux tourner un clip dans un studio avec des lumières dans tous les sens ou de la post prod, là évidement il faudra prévoir un budget assez conséquent.

Je pense que tu montres que tu es un bon réalisateur quand tu es capable de t’adapter au budget de l’artiste tout en réalisant un clip de qualité. Lorsqu’un artiste me contacte je lui demande si il a un budget fixe ou non. C’est en fonction de cela que je lui fournirai un certain nombre d’idées.

D’ailleurs pour dire la vérité il est beaucoup plus fréquent de tourner un clip avec peu de budget que le contraire.

En parlant de budget si tu avais un budget illimité qu’aurais-tu fait ?

Si j’avais carte blanche je pense que j’aurai aimé faire un clip du style “ Don’t judge me ‘ de Chris Brown. J’aime vraiment le délire du clip.

Quel matériel utilises-tu ?

C’est assez aléatoire. Habituellement j’utilise un Canon 7d et le Canon 1dc pour les clips à petits ou moyens budgets. Et pour les clips à budget j’essaie d’utiliser les caméras Red ou les Arri Alexa. Ensuite ça peut également varier selon le type d’images recherché pour le projet.

Si tu pouvais choisir, avec quel type de caméra travaillerais-tu le plus souvent ?

Si j’avais la possibilité d’avoir un budget assez important je pense que je choisirai la Arri Alexa pour son grain et la qualité de son image.

Travailles-tu seul ou as-tu une équipe bien définie pour tes tournages ?

Pour mes tournages je travaille généralement seul. Il peut m’arriver d’être aidé par des potes au niveau de l’organisation ou sur le plateau mais généralement je m’occupe de tout. Je suis capable de gérer la lumière, le cadrage, le montage et l’étalonnage d’une vidéo.

vladimir 8

Comment se passe la phase qui précède le tournage ? Tu es plus du style à te préparer au maximum ou bien t’es plus en mode “Freestyle” ?

Lorsque tu travailles avec des maisons de disques, il faut présenter des storyboards et être carré donc je me prépare un maximum avant le tournage. Tu ne peux pas te permettre de faire les choses en freestyle. Pour les gros clips cela peut me prendre au maximum 1 semaine parce que je m’occupe de tout. Mais lorsque je travaille avec des mecs de mon label ou de mon entourage, il peut nous arriver de faire des clips en freestyle.

En combien de temps peux-tu livrer un clip ?

Je déteste laisser traîner les choses donc je monte directement le clip après le tournage. Je suis assez rapide à ce niveau. Je prend deux jours pour le monter et l’étalonner. Je dirais qu’en général 4 jours après le tournage l’artiste peut avoir son clip.

Dans la plupart de tes clips, le vert et le bleu reviennent souvent. Pourquoi ces couleurs, peut on dire que c’est la touche « Vladimir Boudnikoff » ?

Je me rappelle qu’à l’époque où j’apprenais à faire de l’étalonnage, je me tuais aux films Américains. Je faisais des imprimés écran pour essayer de comprendre comment ils faisaient pour avoir ce rendu. Donc je me suis beaucoup inspiré de leur manières d’étalonner car je trouve ça lourd. Je ne sais pas si c’est la touche Vladimir Boudnikoff car ce n’est pas moi qui l’ai inventé mais j’aime vraiment l’ambiance qui ressort avec ce type d’étalonnage.

Quels logiciels utilises-tu pour le montage ? Et pourquoi ?

A mes débuts j’utilisais Adobe Premier puis lorsque je suis passé sur mac j’ai essayé Final Cut et depuis je n’ai pas lâché. Je suis resté dessus par habitude mais je pense que je reviendrai sur Premier pour voir ce qu’ils ont de nouveau.

Quels artistes aimerais-tu clipper ?

Pour les artistes internationaux Je dirais Chris Brown, Kendrick Lamar et Big Sean. J’aime vraiment leurs délires artistiques.

Pour la France, je dirais Zaho. J’essaie de ne pas m’enfermer dans une catégorie et de tourner en rond. Je trouve que toucher à d’autres styles que le Hip Hop ne peut que me permettre d’évoluer, ça évite de refaire tout le temps la même chose.

Quels sont les clips que tu préfères parmi tes réalisations ?

Ils sont tellement différents que ce serait difficile de répondre à cette question. Pour le coté technique et original je dirais “Boy différent” de Tito prince. Mais le clip pour lequel je garde le meilleur souvenir  c’est “ God Son” toujours de Tito Prince. Je trouve que techniquement ce n’est pas le plus beau mais c’est celui qui m’a le plus marqué.

Dernièrement tu a réalisé les Vova Sessions pour la Chaine Ofive. Comment s’est passé cette collaboration ?

Et bien ça s’est fait un peu par hasard. J’avais tourné une vidéo d’un pote au studio Vova. Une fois monté on s’est dit que ça pourrait être un concept qui permettrait de promotionner le studio et des artistes que l’on apprécie par la même occasion.

Du coup, lorsque j’ai terminé la première vidéo je l’ai proposé au boss d’Ofive que je connais par rapport à des projets antérieurs. Il a kiffé directement et m’a laissé carte blanche pour la suite. Donc pour la 1ère saison on a réalisé 10 clips. ça nous a permis de travailler avec des artistes tels que Set&Match, Spri Noir et Jarod avec qui j’avais pas encore bossé avant.

Envisages-tu de toucher à d’autres formats que les clips ?

J’envisage de m’attaquer à de la fiction dans le futur mais il me faudrait beaucoup plus de temps et de moyens. J’espère pouvoir le faire un jour mais chaque choses en son temps.

Quelles sont les difficultés rencontrées dans ce métier ?

La plus grosse difficulté est de se faire connaître et de pouvoir imposer son délire. Lorsque tu n’es pas connu, les labels et les artistes te font difficilement confiance. Aujourd’hui ça vas mais au début c’était vraiment dur. De mon côté, des le départ j’ai pu travailler avec des artistes qui me faisaient confiance et qui m’ont laissé proposer ma vision.

Selon toi qu’est ce qu’un bon réalisateur ?

Pour moi ce serait un mec qui surprend à chaque clip et qui a son propre style. Il y en a qui ont de très belles images mais je trouve qu’ils manquent d’émotion. Je préfère qu’un réalisateur fasse plus attention au fond qu’à la forme. Pour moi un bon clip ne se résume pas qu’à une belle image.

Des projets à venir ?

Pour ce qui est de la réalisation ce serait de faire plus de vidéos et si possible toucher à différents styles de musiques. Je suis également producteur des artistes du Studio Vova donc j’aimerais aussi qu’ils montent et se fassent connaître un maximum dans le paysage musical Français.

 

GIF-clipperz-vlaB2